user_mobilelogo
HISTORIQUE

  

Commençons par le commencement. Notre ami Wikipedia nous apprend que le Douglas DC-3 est à l'origine un appareil de transport civil bimoteur à hélices produit entre 1936 et 1942 par la société américaine Douglas Aircraft. Mais il devient rapidement un outil indispensable aux armées alliées durant la Seconde Guerre mondiale.

 

Celui qui offre sa triste coquille vide sur une plage noire et désolée du sud de l'Islande s'écrase au soir du 21 novembre 1973. Après avoir effectué une livraison de matériel pour une station radar à Höfn (sud-est), l'avion militaire est pris dans une tempête verglaçante et forcé de se poser en catastrophe, ne causant aucune victime parmi les 7 membres d'équipage mais des dégâts annoncés comme irréparables. 

 

Les restes de l'appareil sont alors abandonnés sur la plage. On raconte qu'un fermier local aurait trouvé à revendre la queue de l'appareil... Depuis, les ailes ont disparu, le fuselage continue de subir les assauts de la météo islandaise et de beaucoup de touristes idiots qui le dégradent encore plus, à commencer par ce chanteur américain pour ados qui y a tourné un clip en 2015, faisant du skate sur la carlingue. No comment.

 

 

Islande 1232x 

 

 

Rapport kronoscopique

 

Jour 11 de notre périple en Islande. De retour des îles Vestmann, nous débarquons du ferry et prenons la route de cette épave, près de Vik. Le Super DC3 n'est indiqué par aucun de nos guides. Je l'ai trouvé en furetant sur le net. J'avais les coordonnées GPS. Nous trouvons le chemin facilement à 5 ou 6 kilomètres de là... lire la suite

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rapport kronoscopique, suite

 

Une fois engagé et passé le pont anti-mouton - enfin c'est nous qui l'appelons comme ça : une grille aux barreaux très espacés qui ne gêne pas le passage des humains et des voitures mais qui est totalement impossible à franchir pour un mouton, ou même une vache - donc une fois passé le PAM (le pont anti-mouton), une simple pancarte indique "ÉPAVE DE DC3 - 4.3 km". Pas de route. A peine une piste. C'est ça, l'Islande. Nous sommes sur une immensité de terre et de gros cailloux, et de rudimentaires piquets plantés à intervalles réguliers jalonnent la voie. Nous nous engageons, sans prêter attention au camping-car et à la berline garés non loin.
Nous mettons pas loin d'un quart d'heure pour parcourir les 2 km et des brouettes (et non 4 comme annoncé). En chemin, nous croisons des voitures sur le retour, et dépassons même des gens qui marchent. L'effroi s'empare de moi : l'avion serait-il si connu que ça ?
Oui. Sur place, c'est Disneyland. Des gens se photographient aux hublots, les jambes pendantes du nez de l'avion, complètement ouvert, des gamins sautent sur les restes d'ailes... il y a même des tags sur un côté du fuselage. Je suis juste écoeuré, moi qui pensais que l'on se retrouverait seuls pour fait nos photos. Et que l'avion serait encore en à peu près bon état...
Il ne reste en fait que la carlingue, sans la queue si les ailes, qui ont été découpées après les réacteurs. Les moteurs également sont absents. Le cockpit est ouvert en lambeaux de métal et il n'y a absolument plus rien à l'intérieur. Juste des câbles électriques en pelotes et toujours raccordés au tableau près du poste de pilotage.
Et une famille (de Français !) arrive en plus. Je déteste les Français (arrogants et sans-gêne) à l'étranger et dès que j'en rencontre, je m'efforce de passer pour quelqu'un d'une autre nationalité. Les gamins se mettent à sauter partout, hurler, c'est l'horreur. Olivier s'écarte plus loin et va voir la mer tandis que j'attends presque patiemment que tout le monde se barre. Nous décidons de commencer à manger nos sandwiches. Finalement, tout le monde part au bout d'une dizaine de minutes.
Nous avons en fait une fenêtre de 5 à 6 minutes durant lesquelles l'épave est à nous avant que de nouveaux touristes arrivent à pied ou en 4x4. La misère. Les photos faites, on quitte le site. Pas étonnant que les urbexeurs rechignent à donner leurs adresses. Si c'est pour voir papa, maman et les rejetons venir tout démonter le dimanche après-midi, c'est compréhensible.
Au retour, pour me détendre (non, je ne suis pas vraiment tendu, mais c'est pour donner un relief dramatique à mon récit), j'ai envie de passer très vite près d'eux pour les empoussiérer, mais je suis trop occupé à jouer avec le 4x4 et le faire patiner un peu sur la piste. Puis nous jouons avec Olive à Dirige-Moi, Je Ferme Les Yeux, comme il n'y a aucun obstacle ni aucune sortie de piste possible. Jouissif de conduire les yeux fermés !

 
Vous avez aimé ? Voilà. C'est bien ici qu'on clique pour laisser un petit commentaire (c'est gratuit) !
  • Vous avez aimé ? Soyez le premier à me laisser un commentaire !
kronoscopia